« Le bon Dieu m’a eu pendant une messe ! »

Fr João Paulo

Depuis la conversion de mon oncle, lorsque j’avais l’âge de 9 ans, j’allais à l’église régulièrement avec lui, alors que mes parents ne connaissaient pas encore le Christ. Au fur à mesure qu’ils se tournaient eux aussi vers Lui, je manifestais déjà un fort désir d’être prêtre. Puisque tout le reste de ma famille, n’étant pas catholique, critiquait ma position, et qu'à partir de l'âge de 15 ans « d’autres amours » m’orientait vers ailleurs, je laissais tomber cette idée, en me disant que ce serait trop dur pour moi, quoique j’aie eu des grands combats intérieurs à cause de cela.

Mais ce qui m'invitait le plus à rester « au monde », et qui a été d'ailleurs ma grande offrande au Seigneur, c’était la musique. Je viens d'une famille de musiciens (père, mère, frère, oncles, tante, cousins …) et la batterie était mon instrument, auquel je me donnais avec ardeur et passion.

Néanmoins, le Seigneur trouve toujours un moyen de nous rattraper! En septembre 2007, alors que je menais une vie pratique en dehors de la foi que je professais, le bon Dieu m'a eu pendant une messe, dans laquelle je me voyais de l'autre côté de l'autel, sensation qui me faisait verser des larmes ! J'ai eu donc 9 mois de signes, de la sainte eucharistie et à sa parole puissante, dans lesquels le Seigneur m'as remis dans sa route. Mon oncle, étant oblat séculier de Saint Jean, m'as indiqué les frères, non pour que j'y trouve mon lieu, mais pour qu'ils puissent simplement m'orienter, puisque je ne distinguais même pas un prêtre diocésain d'un prêtre religieux: le tout pour moi était de me donner au Seigneur. Et cette rencontre avec la communauté a été un coup de foudre pour moi : « ils demeurèrent auprès de Lui ce jour-là » ( Jn 1, 39 ). Ainsi, j’ai quitté mon pays d’origine (Brésil) pour faire mon noviciat à Saint-Jodard.

Les commentaires sont fermés.