Foire aux questions

Pour entrer dans la communauté Saint-Jean, on ne demande pas de niveau. Chacun étudie à la mesure de ses capacités, mais l’étude fait partie de notre consécration. Aujourd'hui, les hommes font de longues études pour devenir médecin, homme de science, enseignant… nous cherchons à faire le même effort pour mieux connaître celui que nous aimons par-dessus tout et parler de Lui d’une manière plus respectueuse et aimante. Y a-t-il rien de plus grand que de donner son intelligence à Dieu ?
Notre fondateur a été professeur de philosophie durant toute sa vie. Il nous y a initié dans le cadre de la recherche des trois Sagesses (philosophique, théologique et mystique). Pour nous, la philosophie nous permet de mieux comprendre l’homme, et d’avoir une intelligence plus fine, plus aiguisée. Elle se met au service de la foi pour pénétrer plus profondément la Parole de Dieu dans la théologie. Nous ne sommes pas vraiment des « philosophes », mais nous faisons de la philosophie pour être mieux croyants.
L’habit d’un homme fait partie de sa dignité. A travers la manière dont une personne s’habille on perçoit quelque chose de sa personnalité. Notre habit religieux manifeste que nous sommes donnés entièrement à Dieu. Il rend visible notre consécration qui est d’abord invisible et intérieure.
(renvoi site de Congrégation)
De jeunes étudiants se sont réunis autour du père Marie-Dominique Philippe pour suivre son enseignement et se préparer à devenir prêtres. Leur petit groupe est devenu le point de départ de la Communauté Saint-Jean. C’est progressivement que le père Philippe et les premiers frères ont découvert l’appel à vivre dans l’Eglise en disciples bien-aimés, à suite de l’apôtre Jean. En cherchant à vivre de cet esprit, ils ont spontanément choisi de vivre une vie religieuse à la fois apostolique et contemplative.
Les frères de Saint-Jean veulent être des témoins pour le monde d’aujourd’hui : Jésus nous rend heureux et il nous suffit. Leur vocation n’est donc pas d’abord dédiée à une œuvre spécifique, mais ils sont appelés à vivre comme Jean en disciples bien-aimés et à le partager avec ceux vers qui ils sont envoyés.
Sans que ce soit une spécialité, les frères portent une attention apostolique particulière pour les jeunes et les familles. Les jeunes sont l’espérance de l’Eglise et la famille est le fondement de la société et la cellule de base où le Christ est vivant.
De la beauté de leur vocation ! Se consacrer à Dieu, c’est une joie immense et un avant-goût du ciel. Le monde d’aujourd’hui est souvent blasé et ne sait plus s’émerveiller devant des choses simples. Les petites choses de la vie vécues dans l’amour et dans la foi nous mettent dans la joie.
Les frères de Saint Jean ne recrutent pas, ils accueillent ceux que Dieu leur envoie. Au point de départ, les frères étaient plutôt issus de familles catholiques françaises pratiquantes. Mais aujourd’hui nos maisons de formation comportent plus de 22 nationalités différentes. Certains viennent de quartiers pauvres du Brésil, d’autres de la brousse africaine, d’autres d’universités américaines, mais encore de la Hollande, de la Corée, de nouvelle Calédonie etc...
Bien que la Communauté ait été fondée en France, les frères ont très vite été envoyés sur les cinq continents pour répondre au désir du Christ d’aller par le monde entier. Cet appel à la mission fait partie de notre vocation. Cela ne veut pas dire que tous partiront dans d’autres pays mais tous doivent y être prêts.
Il n’y a pas de réponse générale à cette question. Après un temps de vie dans la Communauté, certains discernent que ce n’est pas leur chemin. Mais il arrive que d’autres quittent après la profession perpétuelle. Ces départs tardifs sont toujours une blessure mais nous essayons de les vivre dans la charité et le respect.
Oui c’est possible, c’est même souhaitable (!!) mais ce n’est pas toujours réalisable car la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. Aussi nous vous confions cette intention : « Que le Seigneur nous donne plus de frères afin que l’on ne refuse jamais d’accompagner un camp de jeunes ! »
Si je ressens en mon cœur le désir d’aimer Dieu et de le faire aimer, et si je découvre que cette communauté m’en donne les moyens, je peux alors en parler à l’un des frères qui saura m’accompagner et m’aider à murir cette décision. Pour en savoir plus (lien partie vocation).
Il est possible d’acheter le psautier dans quasiment tous les prieurés. On y trouve les psaumes et les prières propres à l’office. La traduction que nous avons choisie est celle du psautier de Jérusalem de 1954 (en lien avec la Bible de Jérusalem) qui avait traduit les psaumes en vue du chant.
Les frères ont fondé une association de volontariat pour partir en mission auprès des prieurés de la Communauté. Si cela t’intéresse, consulte le site : http://www.noemissionstjean.com
Dans la Communauté, tous les frères portent le même habit qu’ils soient novices, frères, ou prêtres. Ils ont un habit d’été (gris clair) et un habit d’hiver (gris foncé). Parfois les couleurs peuvent aussi varier dans les tons car le fournisseur de tissu a pu changer et tous les habits ne sont pas issus des mêmes coupons ou des mêmes pays !!
Notre communauté quand elle est implantée dans un diocèse reçoit sa mission de l’évêque. Il revient au prieur de confier et coordonner toutes les initiatives pastorales de ses frères pour qu’elle demeure dans la fidélité aux instructions de l’évêque tout en déployant le charisme propre de la communauté. Un frère ne choisit donc pas son apostolat mais son charisme propre se déploiera dans la manière de le faire.
C’est Saint Jean Bosco qui a vu en rêve les trois blancheurs : « l’Eucharistie, la Vierge Marie et le Pape ». Nous, dans la Communauté Saint-Jean, nous aimons mieux parler des « trois alliances » puisqu’on les trouve dans l’écriture :

  • L’alliance avec l’Eucharistie : « Ceci est mon corps, faites cela en mémoire de moi » pour nouer la charité
  • L’alliance avec Marie : « Femme, voici Ton Fils », « voici ta Mère » pour nouer l’espérance de l’Eglise à celle de Marie.
  • L’alliance avec Pierre : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise. » La mission de Pierre est de garder intègre le dépôt de la foi à travers toutes les vicissitudes du monde et les attaques du démon jusqu’à la fin des temps.
Un jour, un frère demandait à Mgr Zoa, archevêque de Yaoundé au Cameroun, s’il avait besoin des sœurs contemplatives de Saint Jean dans son diocèse. Il lui répondit : « Mon frère, je viens de faire le tour de mon diocèse et c’est la première urgence ». Cet évêque savait que toute la vie apostolique de son diocèse était portée par la vie contemplative. On agit plus dans la prière que dans l’action et tout apostolat est stérile s’il n’est pas aussi porté dans la prière.
La formation des frères dure toute leur vie. Ils cherchent à se laisser former sans cesse par l’Esprit-Saint. Mais leur formation initiale dure environ neuf ans. Pour plus de détails, cliquez ici. (renvoi à la partie formation)
Une jeune communauté est un peu comme un adolescent : il connait des crises de croissance. Il revient aux parents de les gérer afin de permettre à leurs enfants d’affermir leur identité. Nous n’avons pas de graves problèmes avec l’Eglise mais par contre cette dernière nous accompagne comme une mère afin que nous soyons fidèles au charisme de notre Communauté et que nous soyons plus lucides sur la cohérence de notre consécration.
Les frères n’épuisent pas à eux seuls la vocation de Saint Jean, c’est pourquoi, assez vite et sans que cela n’ait été programmé, deux communautés de sœurs (contemplatives et apostoliques) ont aussi vu le jour. Elles forment désormais avec celle des frères une même Famille Religieuse. Les trois Congrégations sont totalement séparées quant au gouvernement et à la vie concrète, mais elles manifestent plusieurs facettes d’une même vocation. Les frères et sœurs portent parfois des apostolats communs.
L’hôtellerie des frères est ouverte à tous ceux qui veulent partager leur vie pour un temps de retraite ou de formation. Des séjours individuels, en famille ou en groupe sont envisageables avec le père hôtelier. Cliquez ici (renvoi vers hôtellerie).
Nous recevons beaucoup de jeunes qui viennent préparer leurs examens. Le cadre silencieux et calme est propice à des révisions portées par un climat de prière et la messe quotidienne. Vous pouvez contacter le père hôtelier.
Oui et non, c’est une réponse de normand. Oui, car les cours sont ouverts à tous (lien vers la page des horaires de cours) et certains mis en ligne sur internet (lien vers Ephèse formation). Non, car la formation ne se limite pas aux cours et si on veut bénéficier de la formation du noviciat alors il faut entrer au noviciat, car la formation c’est toute ma vie qui est consacré du matin au soir et du soir au matin que je mange, que je travaille, que je joue au foot, que je dorme je suis à Dieu et Dieu est à moi.
Tout d’abord en priant pour nous ! Mais comme nous sommes toujours sur cette terre, nous avons besoin d’être aidé sur le plan financier, pratique etc… On peut aussi nous aider dans les apostolats de la communauté surtout durant les camps et les sessions d’été. Il y a aussi des mamans qui viennent faire la cuisine ou la couture. Des jeunes qui viennent travailler sur des chantiers des frères. Nous recevons de plus en plus de frères issus du tiers monde et nous ne vivons que de dons. Pour les français nous pouvons délivrer un reçu fiscal.
Oui bien sûr ! Mais avant de nous les apporter, il est préférable de s’assurer qu’ils correspondent bien à un besoin de la communauté. Vous pouvez voir une liste de nos besoins ici (lien vers les besoins concrets) ou contacter le père hôtelier.