Mission des frères de saint Jean en Guinée – Disposition à prendre face à Ebola dans leur localité

Appel à la charité et à la solidarité humaine

Plusieurs d’entre vous attendent des nouvelles exactes de la situation de crise sanitaire dans laquelle nous vivons actuellement en Guinée-Conakry. Nombreux sont les messages électroniques et des coups de fil que nous recevons de votre part. Nous sommes réconfortés par votre sollicitude, votre délicatesse et nous nous sentons soutenus par vos prières. Chacun de vos courriers et de vos coups de fil sont certes une pensée adressée à nous, mais en vérité, à Dieu le Père qui nous donne chaque jour la force et l’espérance de continuer la mission.

Pour faire face à la fièvre à virus Ebola, il nous faut beaucoup prier, mais aussi agir dans l’ordre de la charité.

Ayant des moyens limités et ne voulant pas abuser de votre générosité, il nous a semblé prudentiel d’aider ceux qui sont géographiquement proches de nous et ceux dont nous avons la charge pastorale.

Nous sollicitons la charité active de toute personne de bonne volonté, afin de venir en aide non seulement à nous, missionnaires, mais aussi à ceux vers lesquels nous sommes envoyés et avec qui nous partageons la communauté de destin. A cet effet, nous sommes en train de mettre sur pied une équipe de médecins pour le suivi des différentes communautés sur le site mais aussi des paroisses que nous desservons.

Pour la sécurité sanitaire des couvents des frères de Saint Jean, des sœurs Apostoliques de saint Jean et des Petites Sœurs de Notre-Dame de Guinée, situés sur le même site, il nous semble urgent, de construire une clôture d’entrée avec portails. Car pour l’instant notre site est ouvert et sert de passage pour les villageois, de jour comme de nuit. Et un seul cas de contamination dans le village, nous exposerait davantage (coût estimatif des travaux : 16000€).

Dans le village où nous sommes implantés une aide sanitaire est urgente, car par la grâce de Dieu, à ce jour aucun cas ne s’est déclaré. En effet, plusieurs familles n’ont pas les moyens de s’offrir un kit familial et par le fait même sont exposés à une possible contamination. Nous aider à doter la population villageoise de kit sanitaire est un acte préventif remarquable qui permettra de sauver de nombreuses vies humaines.

  • Aidez-nous pour l’achat de kits sanitaires pour 600 familles indigentes (1kit familial composé de seau avec robinet, savon et clore = 35€). Deux forages pour trouver de l’eau potable seraient très nécessaires. (Le coût est évalué à 10000 Euros)
  • Aidez-nous pour l’achat de 9 kits complets pour notre zone pastorale (les trois couvents – la maternité du village – Coyah – Gomboyah – Wonkifong – Forécariah – Maférinyah – Farmoriah et Pamelap. Sachant qu’un kit complet est composé de : blouse de protection, paires de gans, tablette imperméable, bavette, lunette, désinfectant,… . Le coût total d’un kit complet s’élève à 250€. Dans chacun de ces lieux de culte nous avons un médecin pour le suivi des fidèles.

Pour nous aider :

  • Par chèque bancaire libellé à l’ordre de : Frères de Saint Jean Coyah et à envoyer à : Notre Dame de Rimont 71390 Fley .
  • Par virement bancaire dont le RIB est : 17806 00061 66105776000 02 ; BUXY

Merci d’avance pour votre générosité. Un reçu fiscal vous sera adressé si vous le désirez

Quelques données sur la fièvre Ebola

Ayant rencontrés des personnes averties sur la question de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée, spécialement à Coyah, nous pouvons vous dire que:

  • la question de cette fièvre prend plus d’ampleur aujourd’hui dans toute la Guinée. Le cas spécial de la préfecture de Coyah est réel avec une trentaine de cas suspects dont 10 décès.
  • il y a de l’espoir pour circonscrire la maladie dans Coyah. Il y a un dépistage systématique par famille dans le quartier d’où proviennent tous les cas cités ci-dessus.

 

Comment reconnaitre les personnes atteintes par Ebola :

 

  • Corps très chaud (température au-delà de 38°)
  • Fatigue aigue
  • Troubles digestifs
  • Vomissement et diarrhée
  • hémorragie

C’est surtout aux quatre premiers symptômes qu’on reconnait les personnes suspectes. Malheureusement, ce sont des symptômes similaires au déclenchement du paludisme, de choléra, de la fièvre typhoïde et de la fièvre jaune chez un patient atteint par une de ces maladies.

Quelle attitude face à Ebola ?

  • Sensibiliser davantage à la prise de conscience de l’existence réelle de la fièvre à virus Ebola dans toutes les régions reculées où l’existence de la maladie reste encore douteuse.
  • Respecter les mesures hygiéniques de lavage régulier des mains avec du bacti-gel ou un autre désinfectant (eau de javel ou chlore mélangé avec de l’eau selon le dosage requis) ;
  • Aider les personnes pauvres qui ne peuvent pas se procurer du Kit sanitaire (chlore, savon, seau à robinet, ou bacti-gel) à en avoir pour usage familiale ;
  • Prendre la température de tous ceux qui entrent dans les lieux publics (hôpital, église, centre culturel ou spirituel…) au moyen du thermo-flash ;
  • Eviter les rassemblements de grands groupes ;
  • Eviter tout contact avec toutes personnes contaminées ou suspectes;
  • En cas de décès, faire venir les agents de la croix rouge ou des médecins pour un certificat de décès avant toute manipulation du corps du défunt.

 

NB : Pour les dispositions à prendre dans les lieux de culte, voir le message de l’archevêque de Conakry ;

Bien que la vie continue, comme si de rien n’était, la peur règne dans les cœurs. Car, en dehors des symptômes précités, il n’y a pas d’autres signes prévisibles.

Fr Côme Emmanuel

 

IMG_2905 IMG_2913
IMG_6846

Les commentaires sont fermés.